LE RAPPEL – Episode 1 : Si je ne devais apprendre qu’une seule chose à mes chiots

Quand on vit en pleine Sologne avec des chiens, il faut savoir composer avec deux choses : les chasseurs et les gibiers. Les premiers vous tenant toujours le même sermon moralisateur (et d’une longueur a vous gâcher votre balade) sur l’inconscience de promener un chien en pleine forêt sans laisse alors qu’il pourrait se mettre à courser les deuxièmes. Messieurs les chasseurs, rangez vos fusils, je ne dis pas que vous avez tort sur tout. Il est évident qu’en tant que maitresse responsable,  je sais qu’il faut préserver la tranquillité de nos chevreuils, biches and co surtout en période de reproduction, et que laisser un chien partir derrière un sanglier pourrait signifier la mort par KO du canidé (victoire du sanglier ou de la voiture qu’il aura pas vu en traversant).
Juste que ma laisse à moi s’appelle l’éducation et surtout un très bon rappel.
Quand on promène quotidiennement ses chiens depuis 15 ans dans notre belle région si giboyeuse, un bon rappel c’est un peu notre kit de survie obligatoire.

Petite série d’articles sur la Rolls-Royce des apprentissages, j’ai nommé : LE RAPPEL

cartoon-clip-art-dog_427713Tout commence le premier jour.

Ça y est. On sort de chez l’éleveur avec une carte d’identification qui dit que cette petite boule de poils est désormais bel et bien à nous. On est sur le chemin du retour avec notre nouveau pensionnaire qui bave/vomit/hurle/dort à l’arrière (ça dépend de votre degré de chance, ou de sélection comme dirait Spencer).

Premier rituel dans notre famille de poilus : l’arrêt pipi sur la route. On choisit un endroit calme, un chemin en pleine forêt, des champs à perte de vue (on évite le parc où tous les chiens font leurs besoins, c’est qu’on n’a pas tous nos vaccins). Bref, on choisit un coin sécurisé où on pourra lâcher tout ce petit monde sans craindre que ça fasse « Paf le chien ». Et quand on y est : on lâche la bête d’à peine deux mois, sans laisse, sans collier, sans longe, sans rien, même pas un rappel, même pas la connaissance de son nom.

Chez nous, y’a un premier lâcher tout seul avec moi. Puis un deuxième avec mes autres chiens pour faire les présentations en terrain neutre. Mais quoiqu’il advienne, la toute première balade sans laisse se fait dès nos premières heures de cohabitation. Et vous savez quoi, j’ai encore perdu aucun de mes chiots. On ne se connait pas, mais ils me suivent gentiment sans chercher à se barrer…. et c’est là que notre apprentissage du rappel commence.

Si je ne devais apprendre qu’une seule et unique chose à mes chiots, si je ne devais donner qu’un seul et unique conseil à un nouveau maître qui vient d’acquérir un chiot, ce serait celui-là : baladez vous avec lui le plus possible sans laisse dès le départ !

cartoon-clip-art-dog_427713L’explication.

A deux mois, le monde est encore une chose terriblement étrange pour un chiot. Il ne connait rien, tout est nouveauté. C’est un moment fascinant pour explorer le monde. Cependant la bête est curieuse mais pas folle : on ne sait pas quels dangers ce monde inconnu pourrait receler. Elle ne part pas à l’aventure et advienne que pourra, non elle explore petit à petit les lieux en agrandissant peu à peu le cercle de ses escapades. Le centre de ce cercle, et bien c’est vous. A deux mois, alors qu’il ne connait rien, vous devenez très rapidement le repère rassurant de votre chiot, son refuge, son plan B en cas de souci ; et quand vous le baladez sans laisse, même s’il ne connait pas son nom, même s’il ne sait pas ce qu’est un rappel, il ne s’éloignera jamais beaucoup de vous. Et puis soyons sérieux, même si pris d’un coup de folie il tente de s’échapper, avec ses petites pattes, il ira pas bien loin avant que vous le rattrapiez 😀

Cet état de grâce se termine en général vers 4 mois. Mes sources étant l’observation de mes canidés personnels mais je suis sûre qu’il doit exister des références scientifiques, éthologiques à tout ça. A partir de 4 mois, les chiots ont beaucoup plus confiance en eux, ils osent beaucoup plus, vont s’éloigner plus facilement, vont gagner en indépendance. Et si on ne les a jamais habitué à nous suivre sans laisse avant, on va galérer beaucoup plus et là rappelle, rappelle pas, la sourde oreille, ils savent faire !

Si on n’a pas profité de la propension naturelle de tout chiot à nous suivre quand on en avait l’occasion, il faudra donc ensuite la construire artificiellement, et croyez-moi c’est pas toujours une mince affaire. Alors promenez-vous sans laisse avec lui aussi souvent que vous le pouvez. Évidemment, évitez de le faire le long d’une 4 voies, mais on peut trouver des coins où le risque d’accident est quasi nul si on cherche un peu. 

cartoon-clip-art-dog_427713Ces chiens sans rappel qu’on croise dans nos cours d’éducation

Je traine dans les cours d’éducation depuis pas mal d’années déjà et des maitres désemparés qui ne peuvent pas lâcher leurs chiens sans qu’ils se barrent et soient une vraie galère à récupérer, j’en ai croisé un paquet.

L’erreur est souvent de croire, et c’est vrai que ça pourrait être logique, qu’il faut d’abord apprendre au chien à avoir un rappel nickel, à maitriser le rappel en toutes situations pour pouvoir le lâcher et le balader sans laisse. Dans la réalité, c’est faux.

La corrélation est inverse, tous les maitres que j’ai croisé avec des problèmes de rappels étaient des maitres qui n’avaient jamais vraiment lâché leur chien ailleurs que dans leur jardin. Les maitres qui avaient osé promener leurs chiots sans laisse même avant qu’ils maitrisent le rappel, n’en avaient peut-être pas un parfait et en toutes circonstances mais s’en sortaient pas mal. Y’a peut-être des exceptions, mais mon expérience a plus souvent rencontré ces « histoires » là que l’inverse.

C’est en fait un cercle vicieux, moins on lâche son chien, plus il est en quête de liberté dès que la moindre occasion de s’échapper se présente (le chien qui fait 10 fois le tour du terrain en courant à fond les manettes par exemple sur un saut de haie où on lâche la laisse). Plus il fait le con à chaque fois qu’on le lâche et moins on le lâche et plus il tente de se barrer dès qu’il peut. Imaginez un chien lâché pour la toute première fois de sa vie à 8 mois, évidemment qu’il va en profiter un max et ne pas vouloir revenir de suite pour être à nouveau attaché, évidemment qu’il va préférer découvrir le monde, courir comme un dératé, évidemment que ça deviendra galère de le récupérer.

Il y a des fois où on n’a pas trop le choix de la galère. Un chien récupéré adulte, on ne part évidemment pas avec les mêmes atouts en main. Mais pour tous ceux qui ont des chiots de deux mois, croyez-moi, bénissez cette période où ils hésitent encore à trop s’éloigner, capitalisez-là un max, apprenez-leur à évoluer autour de vous en toute liberté, n’attendez surtout pas qu’ils aient un rappel parfait pour les lâcher si vous voulez un jour pouvoir les lâcher. Croyez-moi, vous me remercierez !

cartoon-clip-art-dog_427713Le deuxième effet kiss-cool

Il y a quelque chose de merveilleux à se promener sans laisse avec son chiot : c’est qu’il prends l’habitude de vous suivre comme votre ombre pas par obligation en étant relié à vous par une laisse, mais parce qu’il a envie, parce qu’il choisit de le faire alors qu’il est libre d’aller où il veut et de ne pas vous suivre.

Les théories de la hiérarchie sont un vrai sujet polémique actuellement. On ne veut plus parler de dominant mais de leader, c’est plus positif. Je ne sais pas ce qu’il en est réellement, si ce n’est qu’une question de vocabulaire ou pas. Je sais par contre qu’un chien qui prend l’habitude de vous suivre alors qu’il pourrait totalement aller vivre sa vie ailleurs, un chien qui a envie de vous suivre comme son ombre, c’est déjà un grand pas dans la construction de votre leadership, de votre future relation, de votre complicité. Vous êtes sa référence, son guide, celui qu’il faut suivre parce qu’il connait le petit coin sympa où s’amuser. Et si ça c’est pas un vrai bon deuxième effet kiss-cool, je ne m’y connais pas !

cartoon-clip-art-dog_427713L’image de fin pour tout résumer.

92-92

C’est une vieille photo dont j’ai malheureusement perdu l’original. Me reste plus que la version « vignette ». Dessus, Chaplin âgé de deux/trois mois marche dans les pas de Ramdam mon berger allemand. Il le suit partout. Croyez-vous que mon berger allemand ait besoin d’une laisse pour que le plus jeune le suive ? A-t-il dû lui apprendre le rappel ? Non, c’est juste « naturel ». A cet âge-là, les chiots suivent les grands, se réfèrent à eux. C’est aussi pour ça qu’il faut veiller à sortir ses chiots sans ses autres chiens adultes si on ne veut pas qu’ils ne se réfèrent qu’aux autres chiens mais pas à soi.

Mais quand on est seul avec eux à se promener, on peut vite devenir nous aussi leur ombre à deux pattes avec le même naturel que ce jeune bearded marchant dans les traces de mon berger allemand. Une fois qu’ils en ont pris l’habitude, qu’on a renforcé cette habitude, on peut marcher ensemble très loin et très longtemps ! Il faudra évidemment apprendre et travailler le rappel ensuite, mais déjà, le simple fait de savoir évoluer en toute liberté autour de vous sans s’éloigner, c’est 80% du travail de fait.

 

6 réflexions au sujet de « LE RAPPEL – Episode 1 : Si je ne devais apprendre qu’une seule chose à mes chiots »

  1. Bonjour,

    vos articles sur les départs d’attaque et les refus d’appâts m’ont beaucoup aidé. J’aurais voulu savoir si vous auriez des conseils sur le travail des positions au clicker, notamment le debout car j’ai quelques difficultés. De plus, étant la seule de la section ring à travailler ma chienne au clicker, j’ai du mal à trouver des conseils.

    Merci

    Fanny

  2. Bonjour je viens de tomber sur votre superbe topo!
    J’ai adopté une chienne le 18 juillet qui a 2 ans et demi qui était depuis 8 mois en refuge.
    Elle a été retrouvé autour d’un lac errante sans laisse, puce, tatouage…
    A ce jour je la balade en ville en laisse, elle tire pas mal mais apprend vite.
    Aujourd’hui balade avec mes deux enfants un en poussette l’autre qui fait du velo, impossible pour moi de la canaliser avec la laisse (enrouleur de 8 m) elle a fait chavirer la poussettes 4 fois..
    Du coup je me dis que je vais tester sur un chemin de foret sans issu (débouchant sur une ferme)
    Et la miracle elle avance 10-15 m puis revient fait la fêtes, court 10-15 m et rebelote…
    Puis s’éloigne 20-30 m car mon fils « fait la course avec elle » et la je la rappelle siffle et elle revient toujours aussi heureuse de courir comme elle en a envie.
    Ma question est la suivante avant moi une dame l’a adopté et le lendemain de son adoption est aller se promener en foret sans laisse avec elle, résultat elle a flairé un gibier a détallé et croyez le ou non elle n’est pas rentré chez sa maîtresse mais au refuge 8 jours plus tard avec un chevreuil !!!
    C’est un X setter irlandais / épagneul français donc le gibier d’eau, de terrain, petit ou gros ne lui font pas peur.
    Ma question est la suivant comment dois-je procédé pour que nos balades en foret soit en liberté sans que je l’a perde ? Ou bien est-ce un beau songe de ma part d’idéaliser nos balades sans laisse ?

    Merci d’avance pour vos réponse!

    • Oooh, je me posais exactement la même question. J’ai adopté il y un mois une Border Collie de 5 ans, qui a déjà essayé moultes fois de quitter le jardin familial.
      Je trouille à mort à l’idée de la perdre dans un bois, et donc, laisse automatiquement. Je travaille la marche au pied et le rappel. Devrais-je essayer de la « lâcher » ? Et si elle part au triple galop, que faire pour la récupérer avant qu’un camion ne le fasse ?
      Si vous avez des pistes, je suis preneuse … 😀
      PS : Je dévore votre blog depuis que je l’ai découvert il y a quelques jours. Chaque article m’en apprend un peu plus sur mon chien et la manière de l’éduquer correctement. Merci !

  3. précision :
    le dominant : impose qu’on lui obéisse, utilisera les méthodes nécessaire pour arriver à ses fins
    le leader : est reconnu par le groupe du fait de sa compétence, son caractère … etc etc
    la reconnaissance n’est pas du même côté, de fait les méthodes utilisées ne seront pas les même.
    ça change toute la communication !
    mais ça tu le sais déjà, tu ménages juste le choux et la carotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *