Être enthousiaste !

imagesNK428TDP

Le juge est en train de discuter avec le concurrent précédent. Ca va être à nous dans quelques minutes, quelques secondes. Notre cœur essaye de s’enfuir de notre poitrine pour courir loin du sas de départ. Mais qu’est ce qu’on fout là ? On serait pas mieux à écouter les petits zozios en se baladant en forêt avec le poilu ? Allez-viens le belge, on file à l’anglaise ! Mais ça y est le concurrent précédent quitte le terrain, le commissaire s’avance jusqu’à nous, y’a le palpitant qui s’emballe. On essaie de se calmer, de respirer mais rien y fait raaaaaa je veux pas y aller !

Si vous êtes aussi doué pour le trac que moi, et dieu sait que je le suis (j’ai dû jouer une pièce quelque chose comme 70 fois et je stressais encore avant la 71ème représentation), cette situation ne doit pas vous êtes étrangère en concours.

Une étude publiée en 2013 dans le Journal of Experimental Psychology par Alison Wood Brooks, chercheuse à l’Université d’Harvard (http://www.apa.org/pubs/journals/releases/xge-a0035325.pdf)  a démontré que transformer son stress en excitation permettrait de le dépasser plus facilement et d’être plus performant. Elle explique que « Les gens pensent souvent qu’essayer de se calmer est la meilleure façon de faire face à leur anxiété, mais que cela peut s’avérer très difficile et inefficace  » « Quand les gens se sentent anxieux et essaient de se calmer, ils pensent à toutes les choses qui pourraient mal se passer. Quand ils sont excités, enthousiastes, ils se concentrent davantage sur comment elles pourraient bien se passer »

Au cours de cette étude, les participants devaient faire un discours sur un sujet surprise pour convaincre un public, résoudre un problème mathématique ou chanter sur un karaoké, l’expérience étant bien sûr filmée pour accroître leur niveau d’anxiété. Certains devaient affirmer avant leur performance qu’ils étaient « enthousiastes », d’autres qu’ils étaient « calmes ». Sur les expérimentations conduites, les enthousiastes obtiennent de meilleurs résultats que les autres, sont plus convaincants, plus détendus,  résolvent mieux des problèmes mathématiques ou chantent même mieux que les autres loool. En un mot, ils sont plus performants.

Explication

Même si l’anxiété et l’excitation ont des effets différents sur nos performances, l’expérience, le ressenti physiologique de ces deux émotions est assez semblables :

  • elles sont présentes lors de grands évènements
  • et se caractérisent toutes les deux par une forte excitation (le cœur s’emballe).

Essayer de transformer l’anxiété en calme serait en fait beaucoup plus difficile que d’essayer de réévaluer cette anxiété en enthousiasme. En effet, passer de l’anxiété au calme nécessite un changement physiologique (passer d’une forte à une faible excitation) ET un changement cognitif (du négatif au positif) alors que passer de l’anxiété à l’enthousiasme ne nécessite qu’un changement cognitif. Tout est là !

« La façon dont nous parlons de nos sentiments a une forte influence sur la façon dont nous pensons réellement » explique Alison Wood Brooks.

Aussi, même si nous n’y croyons pas au début,
susurrons-nous à l’oreille que « nous sommes enthousiastes »
et entrons sur le terrain le sourire aux lèvres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *