Décortiquer un apprentissage

 L’important n’est pas de savoir comment on apprends à son chien
à s’asseoir, ou à faire le beau,
l’important est de comprendre comment on apprend n’importe quoi à son chien.

Je suis toujours étonnée de voir sur les forums ou sur les terrains, des gens venir me demander « Et ca ? Et ca ? Et ca ? Comment je l’apprends à mes chiens ? ».  Ils sont restés dépendant de la démonstration d’autrui.
Mes chiens ne maitrisent pas 40 000 ordres différents, surtout par flemme, mais quand je regarde une vidéo sur le net d’un tricks (truc en anglais, pour les apprentissages non liés à l’éducation ou une discipline canine) ou d’une démonstration d’obéissance, il est rare que je ne sache pas décoder comment ils ont été appris.  Parce que finalement, il n’y a pas 50 façons d’apprendre une chose à un chien.

Voici comment je fais avec un petit exemple pratique.

 Pick Up the bottle and hold it project

http://www.youtube.com/user/yolle555#p/u/0/M0_Zx3zawFY

Silvia Trkman, personnalité internationale du monde cynophile, a lancé il y a peu un petit défi : voir comment un chien qui a appris à tenir entre ses pattes un objet qu’on lui tend peut réussir  à ramasser ce même objet à terre pour le tenir entre ses pattes. Tentons de relever le défi !

Ce qui peut paraître magique « faire tenir à un chien une bouteille d’eau ou une peluche », n’est finalement que le fruit d’un apprentissage très structuré et réfléchi dans sa progression.

1ERE ETAPE A LA MAISON : LA MÉTHODE « A L’ARRACHE »

Oui je sais, je viens de parler d’un apprentissage structuré et je vous parle d’y aller au feeling. Je suis une fille pleine de contradictions ^^.  Disons que parfois l’intuition suffit ou le fait d’avoir vaguement vu ou lu comment faire nous éclaire assez pour débuter. Mettre les mains dans le cambouis, expérimenter en direct, permet en plus, même si ca ne marche pas tout de suite, de comprendre ce qui pose concrètement problème et donc d’y réfléchir.

La règle importante ici c’est de ne pas associer d’ordre pendant qu’on cherche par tâtonnements…

… histoire que le chien n’associe pas un mauvais comportement ou une désobéissance à ce nouvel ordre. On est juste en train de s’amuser ensemble à chercher comment y parvenir, on peut se tromper, recommencer, essayer autre chose, y’a rien de définitif.

L’exemple type est l’apprentissage via un leurre. Le leurre c’est cette récompense qu’on tient dans une main et qui tel un fil qui irait du nez du chien à votre main vous permet de le guider comme une marionnette.

Si je veux apprendre à mon chien à s’asseoir, ma main ira vers le haut, mais ma main irait aussi vers le haut pour lui apprendre à faire le beau. De la même façon, pour apprendre à se coucher ma main ira vers le bas, mais elle ira aussi vers le bas pour lui apprendre à faire une révérence ou à se cacher la tête entre les pattes en étant debout. Le geste ne sera juste pas totalement exactement le même.

C’est précis, subtil, et donc ca demande un entrainement  de la part du maitre. Quand je cherche à apprendre un truc à mes chiens via un leurre, je passe donc une soirée, une séance à « trouver le bon geste ». Parfois le chien se couchera 10 fois avant que je réussisse à trouver comment l’amener à faire une révérence en changeant légèrement la trajectoire de mon geste. Une fois que je l’ai obtenu au moins une fois, je sais que je peux l’obtenir, donc je répète le geste plusieurs fois pour m’entrainer jusqu’à être sûr que ce geste entrainera à tous les coups le comportement que je cherche. A partir de là et seulement à partir de là, l’apprentissage en lui même commence (associer à un ordre, enlever le leurre, passer à la récompense aléatoire, consolider l’acquis) sans brûler les étapes.

Alors hop les mains dans le cambouis. La vidéo laissée par Silvia Trkman me laisse assez d’indices pour débuter vu que mes chiens savent faire « le beau ». Note : ici ce n’est pas un apprentissage au leurre, mais en shaping.

Bilan des courses : mes chiens ont du mal à piger le principe et le fait de devoir répéter les « fais le beau » sans trop comprendre pourquoi ni comment les agacent (la pression monte via l’excitation, ils aboient, finissent par ne plus se concentrer et cherchent à attraper le jouet avec la gueule, en gros c’est le bordel lool). Ils sont trop concentrés sur le fait de devoir tenir leur équilibre pour capter les subtilités dans mes clics et donc pour comprendre ce que je veux d’eux.

2EME ÉTAPE : LA RÉFLEXION

Je me pose dans un coin avec une feuille et un stylo et j’essaie de trouver des solutions.

QUESTION 1 :  Est ce que mon chien propose ce comportement naturellement, et comment puis-je l’amener à me le proposer ?

Exemple 1 : Apprendre à un chien à se cacher le museau avec la patte. Au naturel, un chien va poser sa patte sur son museau si quelque chose le gène pour chercher à l’enlever (une muselière notamment). Comment je peux créer artificiellement cette gène pour l’amener à se toucher le museau avec la patte ? Je place un élastique, un peu d’eau, un bout de scotch sur son museau et hop j’ai un chien qui me propose de se cacher le museau avec sa patte. Aide artificielle qu’on enlèvera par la suite.

Exemple 2 : Poser ses pattes sur un panier (pour la garde d’objet en ring). Je n’arrivais pas à l’obtenir avec Enken, même en l’attirant avec une friandise pour le faire avancer dessus. Je me pose, je réfléchis, pourquoi un chien monterait-t-il sur un panier retourné à l’envers, sur un bidon, sur un banc ? Je visualise un chien en train de grimper sur un meuble pour voler de la nourriture. Eureka ! Un chien va grimper sur quelque chose, va mettre ses 2 pattes dessus pour essayer d’atteindre quelque chose d’intéressant qui est inaccessible car trop haut ! Ok suffit que je place ma friandise beaucoup trop haut pour lui pour qu’il grimpe sur mon panier. Pour la petite histoire, ca a marché ^^

Dans le cas présent : mes chiens ne tiennent pas une bouteille avec leurs pattes au naturel. Ca ne m’aide pas.

Par contre, agripper est une action qu’ils peuvent faire au naturel :

– pour ne pas tomber : un chien qui apprend à faire le beau, qui cherche son équilibre, va avoir tendance à s’agripper à nous, notre bras, un point fixe, pour ne pas tomber. Je peux ptete l’utiliser (je pense d’ailleurs que c’est ce qu’utilise Silvia Trkman)

– pour retenir quelque chose qui lui échappe

……………… Je note, je note sur mon petit calepin.


QUESTION 2 : Est ce que je peux guider mon chien vers ce comportement via un leurre ?

Ayant expliqué le principe du leurre plus haut, je ne m’étends pas plus dessus.

Ici, je ne peux pas travailler au leurre, car un leurre guide la tête du chien (le fil part du museau, du nez), or là c’est un mouvement de patte que je recherche. Ca ne m’aide pas.


QUESTION 3 : Utilisation d’une cible ?

Une cible est une baguette, un petit bout de moquette que le chien apprend à toucher avec le nez ou avec une patte, et qui permet de travailler à distance du maitre (bout de moquette posé plus loin, baguette plus grande que le bras) et de travailler des mouvements très précis des pattes. C’est ainsi qu’on apprend à un chien à croiser les pattes : le chien apprend à poser sa patte sur une cible et on bouge la cible de plus en plus  vers la patte opposée jusqu’au croisement.

Nous sommes bien ici dans un problème de pattes, mais les deux pattes sont en jeu, et surtout ca ne prends pas en compte la force que le chien doit donner pour tenir l’objet mais juste le placement. Ca doit pouvoir se faire bien énervé, mais ca me semble un peu tiré par les cheveux dans le cas présent.


QUESTION 4 : En shaping alors peut-être ?

Le shaping vient du mot anglais « forme ». L’idée est de modeler le comportement qu’on veut comme on le ferait avec un bloc d’argile, par petits bouts, par petits pas. On l’utilise régulièrement avec le clicker car ca permet de dire au chien qu’il peut proposer des comportements, le clicker nous servant à les sélectionner pour mettre le chien sur la voie de ce qu’on cherche réellement.

EXEMPLE : Apprendre à son chien à faire du skate.

On va d’abord clicker et récompenser le fait que le chien regarde le skate.
Puis le fait que le chien se dirige vers le skate.
Puis qu’il touche le skate.
Puis qu’il touche le skate avec une patte.
Puis qu’il pose sa patte sur le skate.
Puis qu’il pose deux pattes sur le skate.
Puis tout mouvement du skate quand le chien a les deux pattes posées dessus.
Puis tout mouvement permettant au skate d’avancer quand le chien a deux pattes posées dessus. etc.

Ainsi pour tout nouveau truc à apprendre, essayer de voir
comment vous pouvez décortiquer un mouvement en mini-mini étapes de rien du tout
qui enchainées les unes aux autres permettraient d’obtenir le mouvement complet.
Découper ou re-découper en petits pas
c’est la solution ultime à tout apprentissage en général !

Même si je ne m’en sers pas ou si je « saute » des étapes, j’aime bien les écrire sur papier. Avoir à l’esprit les différentes étapes nécessaires peut me permettre de réadapter ma demande en cours d’apprentissage. On sait quoi demander d’un peu moins difficile pour aider le chien qui bloque.

Avançons donc à petits pas vers « pick up the bottle » :

1 – Faire le beau.
2 – Tenir le beau assez longtemps.
3 – Faire des mouvements de pattes même dans le vide quand j’approche la bouteille (en ce cas on peut directement passer ensuite à l’étape n°5)
3Bis – et/ou toucher la bouteille avec une partie du corps (museau, pattes, gueule).
4 – Toucher la bouteille avec une partie du corps SAUF la gueule (pour éviter la prise en gueule)
5 – Toucher la bouteille avec une patte
6 – Entourer la bouteille avec sa patte.
7 – Mettre une patte de plus autour de la bouteille.
8 – Tenir la bouteille entre ses deux pattes.

 

QUESTION 5 : Est ce que je peux associer de plusieurs ordres connus ou utiliser le back-chaining ?

C’est un peu des mathématiques, mais beaucoup plus funs que ceux qu’on nous enseignait à l’école.

Ainsi le pas espagnol =  donner la patte droite + donner la patte gauche.

On apprends au chien à donner la patte droite, puis avec un autre ordre à donner la patte gauche et on demande ensuite au chien de les enchainer sur place, puis en avançant. Petit à petit, ces ordres séparés deviendront les briques d’un même comportement qui aura son propre ordre particulier.

Ici :
Pick Up the bottle = Fais le beau + enrouler ses pattes autour d’un objet

Mes chiens connaissent déjà l’ordre Fais le beau et je peux assez facilement leur apprendre à tenir un objet avec leurs pattes en position assise ou debout avec le trick d’un bâton. En donnant à la fois l’ordre « le beau » et l’ordre « take » par exemple je pourrais aisément les guider vers le comportement final à obtenir.

 

Dans ce trick, les chiens entourent de leurs pattes un bâton, un balai, une canne.

Le back-chaining

C’est une autre manière de travailler, qui consiste à ajouter des petits bouts mais en partant par la fin. Un exemple plus parlant :

 Apporter la balle.

1 – Avoir la balle en gueule et la donner quand on dit « donne »
2 – Tenir la balle en gueule assez longtemps et la donner quand on dit « donne ».
3 – Revenir vers son maitre en ayant la balle en gueule (chien assis en pas bouger en train de tenir la balle, on se recule) et la donner quand on dit « donne »
4 – Prendre la balle posée au sol (entre le chien assis en pas bouger et le maitre) et revenir vers son maitre pour la donner quand on dit « donne ».
5 – Aller chercher la balle posée au sol alors qu’on est à côté de son maitre, la prendre et revenir vers son maitre pour la donner quand on dit « donne ».
6 – Attendre que le maitre dise « apporte » en assis pas bouger, pour aller chercher la balle posée au sol, la prendre et revenir vers son maitre pour la donner quand on dit « donne ».
7 – Attendre que son maitre lance la balle et dise « apporte » en assis pas bouger pour aller la chercher, la prendre et revenir vers son maitre pour la donner quand on dit « donne ».

 Pour ramener le courrier dans le même esprit :

1 – Avoir le courrier en gueule et le donner quand on dit « donne »
2 – Tenir le courrier en gueule assez longtemps et le donner quand on dit « donne ».
3 – Revenir vers son maitre en ayant le courrier en gueule (chien assis en pas bouger en train de tenir le courrier, on se recule) et le donner quand on dit « donne »
4 – Prendre le courrier dans la boite aux lettres ouverte, revenir avec vers son maître et le donner quand on dit « donne »
5 –  Ouvrir la boite aux lettres, prendre le courrier, revenir avec vers son maître et le donner quand on dit « donne ».

Vous n’imaginez pas le nombre de possibles que cette technique vous offre en terme de nouveaux apprentissages, même si ici, elle ne nous sert pas à grand chose pour tenir une bouteille entre les pattes…

QUESTION 6 : Quels sont les paramètres à prendre en compte et donc à travailler ?

 Petite liste à choix multiples :

Distance : non
Durée : oui
Précision : non
Force : oui
Équilibre : oui
Vitesse : non

Connaître les différents paramètres à prendre en compte va me permettre de savoir non seulement « quoi » travailler  mais aussi « comment » travailler.

Pour augmenter la durée, il me faudra donc attendre de  plus en plus longtemps avant de récompenser le comportement.

Pour augmenter l’équilibre et donc sa capacité à tenir le beau plus longtemps, il va me falloir travailler avec lui sur des supports de moins en moins stables pour l’obliger à chercher son équilibre donc s’améliorer.

Le paramètre force correspond ici au fait de tenir assez fort l’objet contre soi pour qu’il ne tombe pas au sol. Apprendre au chien à enrouler sa patte autour d’un baton par exemple ne l’oblige pas à y mettre assez de force pour que le baton ne tombe pas.
Pour ca, au choix : soit on travaillera par discrimination du bon comportement au clicker quand on commencera à lâcher la bouteille « ca tombe = je ne clicke pas » « ca ne tombe pas = click + récompense » ; soit on travaillera en résistance par exemple sur l’apprentissage connexe de l’enroulement de patte autour du baton en tirant le baton vers soi obligeant ainsi le chien à résister donc à tenir plus fort pour continuer à enrouler sa patte autour.

 

QUESTION 7 : Qu’en est-il au niveau des récompenses ?

 Chaque type de récompenses a des avantages et des inconvénients suivant ce qu’on veut travailler. Les connaître et savoir bosser avec chacune d’entre elles, permet d’avoir plus d’outil dans sa besace pour aider son chien à apprendre.

Il faut également se demander avant de travailler, s’il faudra faire attention à l’auto-récompense au cours des séances. L’apprentissage du « laisse-ca » par exemple demande au chien d’ignorer la nourriture mise dans la main ou au sol. Réussir à obtenir la nourriture sans l’ignorer récompenserait le chien sans qu’on le souhaite, il faut donc mettre en place des stratégies pour qu’il soit impossible pour lui d’y accéder (fermer le poing, mettre le pied dessus.

Pour « pick up the bottle » aucune auto-récompense en vue. Les seules remarques à prendre en compte sont :

– récompenser avec une récompense en bonne position dans l’échelle de valeur du chien histoire de garder la motivation vu que ca lui demande un effort important a priori pour répéter et répéter les fais-le-beau : gamelle de nourriture ou jeu pour Enken.

– récompenser avec des friandises pour le paramètre durée histoire de pouvoir récompenser à la chaine sans que le chien arrête de tenir sa bouteille.

QUESTION 8 : D’autres remarques  ?

Donner un ordre ?
A la base le défi consiste à apprendre au chien à tenir un objet en faisant le beau puis de laisser cet objet à terre et de voir comment le chien se débrouille pour le ramasser sans le travailler au shaping. Deux choix possibles pour moi :

– je code un ordre verbal « pickup » et une fois l’objet au sol j’insiste sur l’ordre »pickup » pour qu’il le ramasse
– mon ordre est un ordre contextuel, je n’utilise pas de mot mais par exemple la présentation d’une peluche toujours identique doit déclencher le comportement. Après 4 ou 5 comportements de base réussi, je pose la peluche au sol et je vois…

 Attention au télescopage : quand on pratique une discipline canine en parrallèle, il est toujours bon de réfléchir en amont les conséquences d’un apprentissage nouveau sur celle-ci. Ici par exemple, cela peut me gêner pour travailler la prise en gueule d’un objet de travail en statique si à chaque fois que je lui présente son objet de travail pour le bosser il me propose un « fais le beau » et de l’attrapper avec les pattes. Je dois donc éviter de travailler mon objet de travail pendant cet apprentissage, et attendre que le « pick up » soit bien acquis pour éviter les confusions et les propositions malencontreuses, distinguer bien les objets qu’on prend en gueule de ceux qu’il faut prendre par les pattes (ordre contextuel) et rajouter un ordre verbal pour renforcer les différences entre les deux ordres.

Les variantes possibles : faire un calin à un autre chien, tenir la jambe de l’homme d’attaque pour l’empêcher de fuir.

 

  DU BLOUGI-BOULGA DE REFLEXIONS AU PLAN D’ATTAQUE

Une fois toutes mes idées, observations, réflexions posées sur le papier, il ne me reste plus qu’à faire le tri, et définir une stratégie d’apprentissage avant de m’y mettre.

APPRENTISSAGE DE « PICK UP THE BOTTLE AND HOLD IT »

Choisir un objet qui sera toujours le même : un ours en peluche, et un ordre verbal « pickup »
Utiliser des récompenses fortes : dés de jambon pour la durée, mais sinon jeu et travail à la gamelle tous les soirs

Travailler les pré-requis :

Travailler l’ordre « fais le beau » en terme de durée, de répétitions, et de tenue de l’équilibre sur des surfaces plus instables.

Apprendre à mes chiens en position assise à enrouler leur patte autour d’un bâton.
Généraliser le comportement à plusieurs sortes de bâtons pour qu’ils aient le réflexe d’enrouler la patte quand on leur propose un objet.
Leur apprendre à tenir plus fermement l’objet, en tirant le bâton vers moi pour travailler en résistance.

Travailler le comportement en soi

Sur le principe de s’agripper pour s’aider à tenir l’équilibre, présenter l’objet au chien en position « beau », voir si le chien cherche à s’y aggripper, clicker et récompenser dès qu’il le fait ou  travailler suivant les étapes de shaping définies.

Enlever ma main qui tient l’objet : tenir avec la main de plus en plus loin, de moins en mois fermement, présenter l’objet au bout d’une ligne de canne à pêche improvisée.

Ajouter de la durée : clicker avant que l’objet ne tombe et récompenser, puis attendre de plus en plus longtemps avant de clicker.
Récompenser à la chaine avec des dés de jambon.

Coder le comportement avec l’ordre verbal.
Enlever le clicker.

Renforcer le comportement

Voir avec la canne à pêche si je peux tirer sur l’objet pendant qu’il le tient entre les pattes pour l’obliger à tenir plus fort ou essayer de tirer dessus avec ma main par accoups comme pour lui voler, une fois que le chien est capable de le tenir assez longtemps.

Quelques répétitions plus tard, avec un peu de patience et de pédagogie,
votre chien aura un nouveau tour en poche,
mais pour vous ce ne sera que le début d’une nouvelle aventure !

Après avoir fait connaissance avec les coulisses des tricks,
vous êtes maintenant capable d’apprendre tout et n’importe quoi à votre chien.

Alors faites vous plaisir !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *